Il était onze heures

Tout autour des mâts
les haubans hissaient
des toiles d’araignées

Au-loin le ciel était violet
et deux chalutiers s’en allaient
avalés par la nuit

Flanc-à-flanc
les bateaux se frottaient
les côtes

Le soleil avait été brûlant
et enfin les girouettes
là-haut retrouvaient leur souffle

Moi je dormais dans le roulis
ma couchette était courte
ma fatigue était large

Moi je dormais dans le roulis

Cet article a 0 commentaires

  1. Oh que si Claude, il y en a du roulis dans les ports ! Le roulis des corps cramés sur le ponton, celui des âmes fumantes, le roulis des yeux qui tournent derrière leurs paupières quand les marins cauchemardent.

Laisser un commentaire