Le bateau pour Belle-Île

 
 Ah
 enfin
 on prend le bateau pour Belle-Île
 dit-il
 en sortant de l’hôpital
 
 où est l’embarcadère
 demande-t-il
 à l’infirmier
 
 à quelle heure on débarque
 comment est le temps là-bas
 Papa m’attend
 Maman me guette
 
 chacun de nos pas pourtant
 nous rapproche
 de sa dernière escale
 et lui veut
 son bateau pour Belle-Île
 larguez les AVC
 cap sur les promesses
 de l’archipel rouillé
 de sa jeunesse
 
 à l’ephad pourtant
 son nom est déjà écrit
 sur la porte de la chambre
 est-ce qu’ils font pareil
 sur les pierres
 qui ferment les tombes
 lui s’en contrefout
 il veut son bateau pour Belle-Île
 
 à l’ephad pourtant
 la bouffe est bonne
 l’horizon clair
 les lits ne tanguent pas
 nous le laissons
 désencombrés
 à ce fier équipage
 en uniforme
 de charentaises
 
 il ira se coucher
 ce soir
 dans sa nouvelle banquette
 amarré à son corps
 par 90 haussières
 il hissera
 dans ses rêves
 le pavillon de l’oubli
 il voguera
 jusqu’au bout de sa boussole
 là où gît
 l’îlot de ses 15 ans
 Robinson de sa mémoire
 qui tant attend
 le bateau pour Belle-Île 

Laisser un commentaire