Moi j’ai pas de titre

un mètre soixante-dix et huit centimètres
soixante-cinq kilogrammes
soixante-douze cratères ici
huit fêlures là
des plis de rire
et un plexus-parpaing

moi j’ai pas de rimes
j’ai que des bleus de peur
je dis des vers
sur le tic-tac de l’horloge
sur le cric-crac de la cracotte
sur le bic qui gratte la ouate du carnet
sur le plancher qui craque
sous les pattes du bâtard

moi je suis pas poète
je suis infirmier infime
qui se médicamente
de mots soit délicats soit belliqueux

moi je panse mes hémorragies d’amour
avec du sparadrap d’adolescence
je tente de ne pas m’achopper
à l’Alcatraz de mes os
chez l’hôpital de mon corps
la grève est permanente

un mètre soixante-dix et huit centimètres
soixante-cinq kilogrammes
que des moi je au compteur
pendant que les mois passent
l’émoi lui surpasse mon moi toujours
dompteur de moi-même c’est déjà bien assez
docteur des autres ce sera pour plus tard

après tout
je suis le seul exemplaire de moi que je connaisse

Laisser un commentaire