(reste 3 pages)

Mon cher carnet
il ne te reste
que trois pages à vivre
tu étais un super carnet
et je ne peux pas m’empêcher de penser
que quand même sur mon prochain cahier
mes textes seront moins bons
parce que tout ça c’est une histoire particulière
entre la douceur de l’encre et le grain de la page
ma plume embrasse ta matière
dépose sa salive contre ta peau de marges
(c’est dégueulasse !
d’autant plus que c’est censé être de la poésie)
bon
encore deux pages de bonheur
après celle-ci
alors je te promets que mes deux derniers amas de mots
je les écrirai avec un crayon quatre couleurs
pour que plus de mines puisse en profiter
carnet tchao
je t’aimais bien
mais
oh
à un moment donné il faut aussi faire marcher les centres de recyclage
quel super poème

Laisser un commentaire