Un soir quelque part

tu es partout
à pétrir les yeux des autres
planter des marrades
amarrer des promesses

tu es partout
ta chair insaisissable
s'élance et glisse
sur mes paupières gouttières

tu es partout
et moi je fais ma part
à mater tes révolutions frivoles
sans pouvoir les croquer

ce soir j'annule tout
et tance la nuit de passer vite
comme un vieux loup
dont la faim
ne mènera nul part